3ème année de ce prix lancé par le Livre sur la Place et Groupama qui récompense le meilleur premier roman de la rentrée littéraire.

Après Serge Joncour et Daniel Picouly, c’est Leïla Slimani qui présidera cette année le jury composé de critiques et journalistes littéraires et de collaborateurs Groupama.

Doté de 3 000€, ce prix a surtout à cœur d’assurer la mise en lumière de son lauréat à travers une diffusion de son roman dans toutes les agences Groupama du Grand Est encourageant ainsi sa pérennité au-delà de la rentrée.

Leïla Slimani, présidente du jury 2018

Née en 1981 à Rabat, Leïla Slimani est une journaliste et écrivaine franco-marocaine. Son deuxième roman, Chanson douce, prix Goncourt 2016 est dès sa parution encensé par la critique et aujourd’hui traduit en plus de 30 langues. En 2018, elle est nommée par le Président de la République représentante personnelle pour la francophonie.

Estelle Sarah-Bulle, lauréate du Prix Stanislas 2018

Ce mardi 28 août 2018, le jury de la troisième édition du Prix Stanislas récompensant le meilleur premier roman de la rentrée littéraire, a annoncé la lauréate.

Estelle-Sarah Bulle (Là où les chiens aboient par la queue, Liana Levi) gagne au 3ème tour par 8 voix contre 4 devant Pauline Delabroy-Allard  (Ça raconte Sarah, Les éditions de Minuit).

Le prix sera remis le samedi 8 septembre à 12h00 au Forum littéraire France Bleu pendant la 40ème édition du Livre sur la Place. Doté de 3000€, ce prix a à cœur d’assurer la mise en lumière de son lauréat à travers une diffusion dans toutes les agences du Grand Est de Groupama encourageant ainsi sa pérennité au-delà de la rentrée.

Leïla Slimani, Présidente du Prix Stanislas 2018 (tenant entre ses mains le roman récompensé), accompagnée des membres du jury.

Sébastien Spitzer, lauréat du Prix Stanislas 2017

Le jury s’est réuni lundi 28 août à Nancy pour désigner le lauréat du Prix Stanislas du meilleur premier roman de la rentrée littéraire. Après un long débat, Sébastien Spitzer a été désigné pour son roman Des rêves qu’on piétine (Éditions L’Observatoire). 

Journaliste indépendant, Sébastien Spitzer a publié des enquêtes sur l’Iran, les Etats-Unis et le terrorisme international : Raisons d’État, contre-enquête sur le juge Bruguière (Éditions Privé, 2007) et Ennemis intimes, les Bush, le Brut et Téhéran (Éditions Privé, 2006). Ces rêves qu’on piétine est son premier roman. 

La première lauréate du Prix Stanislas était en 2016 Élodie Llorca pour La correction (Rivages).